reader ✓ doc La bête creuse ↠Free

text La bête creuse

reader ✓ doc La bête creuse ↠ Free ¿ Gaspésie 1911 Le village de La Frayère a un nouveau facteur Victor Bradley de Paspébiac rouuin vantard aux yeux vairons Son arrivée rappelle à un joueur de tours du nom de Monti Bouge la promesse de vengeance u’il s’était faite enfant couché en étoile sur la glace une rondelIlli des cartes et le précède désormais où u’il aille chacune de ses apparitions un signe Sous son influence Monti s’attelle au développement de son village et laisse libre cours à ses excès – ambition excentricités alcool – dont sa descendance essuiera les contrecoupsPrès d’un siècle plus tard son petit fils François historien obsessionnel et traué déjà au bout du rouleau à trente ans est convaincu ue l’alcoolisme héréditaire ui pèse sur les Bouge a pour origine une malédiction Il entend le prouver et s’en affranchir du même coup Une nuit il s’arrache à son exil montréalais et retourne sous une tempête homériue dans sa Gaspésie natale restée pour lui fabuleuse Mais une réalité plus sombre l? Faites vous pas la mauvaise idée La bête creuse est écrit d'une plume remaruable Celle ui te mets le sourire dans la face et te fais du bien en dedans Mais elle relate plusieurs histoires auxuelles il est presue impossible de s'intéresser les éléments sont détachés les uns des autres et vécus par de nombreux personnages très caricaturisés auxuels il est impossible de s'attacher par manue de tangibilitéJe pense ue l'auteur à voulu créer une saga familiale montrer une ambiance de village où chacun fait sa part un bibliothécaire un peu coincé un maire avec des chèues et une coiffeuse avec des rumeurs mais l'œuvre n'atteind jamais de cohésion pour permettre au tout de prendre formeBref le mot de la fin c'était un peu brouillon MAIS si tu lis chaue phrase hors contexte séparé comme sur des cartes ue tu piges le matin pour te souhaiter une bonne journée c'est délicieux Une véritable antithèse

Christophe Bernard Ø La bête creuse reader

?attend à La Frayère une chasse fantastiue s’est mise en branle – à croire ue s’accomplira l’ultime fantasme de Monti de capturer sa bêteComédie truculente parente des Looney Tunes et du tall tale américain où affleure une mélancolie crépusculaire La bête creuse dépeint une Gaspésie hallucinée creuset de prodiges et d’exploits inouïs Avec ce premier roman héritier de l’esprit des grandes œuvres comiues de Rabelais à Thomas Pynchon de Don uichotte à Buster Keaton Christophe Bernard nous offre une fresue foisonnante une chroniue familiale hors norme nourrie par l’humour et la langue irréductibles de cette Gaspésie u’on se raconte encore là bas dans les bars d’hôtel ou au large de la baie des Chaleur Il faut un certain courage pour s'attauer à cette fresue historiue gaspésienne mais l'écriture habilement décorée des patois expressions et constructions des villages nous convainc vite ue le jeu en vaut la chandelleMalheureusement l'histoire elle se brouille Beaucoup de pistes sont avancées mais on termine cet immense roman avec l'impression ue la boucle n'est pas bouclée u'on a fait tout ce chemin pour aboutir dans un cul de sac C'est un livre sans véritable dénouement

text Ï La bête creuse Ø Christophe Bernard

La bête creuse Gaspésie 1911 Le village de La Frayère a un nouveau facteur Victor Bradley de Paspébiac rouuin vantard aux yeux vairons Son arrivée rappelle à un joueur de tours du nom de Monti Bouge la promesse de vengeance u’il s’était faite enfant couché en étoile sur la glace une rondelle coincée dans la gueule Entre eux se déclare alors une guerre de ruses et de mauvais coups ui se poursuivra leur vie durant et par delà la mort Mais auparavant elle entraîne Monti loin de chez lui dans un Klondike égaré d’où il revient cousu d’or et transformé Et avec plus d’ennemis Il aura plumé des Américains lors d’une partie de poker défiant les lois de la probabilité comme celles de la nature elle même une bête chatoyante a ja C’est gros comme le bras ça passe pas dans le cadre de porte ça gigote merveilleusement ça se prend bien avec uoi d’autre? un café instant une grande gorgée de matin J’y allais un peu à reculons presue huit cent pages l’espèce de flap en papier ui recouvre le livre ue j’enlève toujours parce u’elle m’énerve trop mais je l’ai apporté en voyage j’ai pris beaucoup de plaisir à me creuser une tanière dans ses phrases Ça reste une histoire de monsieurs même s’il y a de l’effort mis dans les personnages de femmes elles réussissent pas à avoir ben ben de coffre ça reste une histoire de folie d’orgueil une histoire d’histoires de mensonges gonflés de petites niaiseries stupides ui sont dans le fond les seules choses dont on se préoccupe vraiment J’ai aimé ue ça finisse tout croche j’ai aimé ue ça parte dans tous les sens; il y a dans La bête creuse une démesure travaillée ui fait du bien J’ai fini le livre en une semaine il était trop lourd pour ue je continue à le traîner dans mes bagages alors je l’ai abandonné dans un appartement de Tallinn glissé dans une bibliothèue produite en série pour les citoyens de l’URSS uelue part ai tournant des années soixante dix à côté de la version estonienne des 1001 films à voir avant de mourir Je me suis dit u’il y dormirait bien